RUN DMC

RUN DMC

Taxés à juste titre de «meilleur groupe de l’histoire du Hip Hop», premier disque d’or du rap avec RUN DMC (1983) et premier album de platine du rap avec King of Rock (1985), précurseurs et incarnations définitives du hip hop hardcore des années 80, Run (Joseph Simmons), DMC (Darryl McDaniels) et Jam Master Jay (Jason Mizell) n’ont pas dit leur dernier mot et Crown Royal est à la fois un accomplissement de leur brillantissime carrière et le passeur de flambeau entre ces patriarches du genre et les nouvelles générations. Rock Show est co-produit par Stephen Jenkins de Third Eye Blind et Jason Carmer ; les fistons sévissent sous les noms de nos jours encensés de Kid Rock dans School Of Old et Fred Durst (Limp Bizkit) dans Them Girls. Le rap est représenté à travers les tempéraments de Nas et Prodigy of Mobb Deep dans queens Day ainsi que le DJing minutieux et conclusif de Method man. Jagged Edge s’immisce pour un R’n’B à écouter en prélude de sieste au soleil, histoire de récupérer avant l’entrée en scène fracassante de Sugar Ray sur Here we go 2001. Enfin Everlast, ex House of pain, versant folk de plus en plus herbeux du rap, fait des prouesses sur un sample de Steve Miller (Take the Money and Run). Run DMC avait réussi en 1986 le pari de fusionner avec Aerosmith pour le Walk this way planétaire ; ils reviennent serrant dans leurs poings bagués un cocktail explosif que les fans dégoupilleront précipitamment pour une consommation abusive… Vivement conseillé à ceux qui entretiennent l’idée d’un cloisonnement du mouvement hip hop…