PINK

PINK

Dernière perle émergeant de la prestigieuse écurie LaFace Records, Pink fait presque figure de débutante dans l’univers de la R’n’B moderne. Mais si cette jeune fille de Phillie opère bien ses premiers pas discographiques, cela ne veut pas dire pour autant qu’elle possède moins de talent que ses aînées… Pour ce qui est de la production ce « Can’t Take Me Home » est un modèle du genre avec un casting de choix. Déjà, l’album est produit par L.A. Reid et Babyface, ce qui n’est pas si mal comme gage de qualité ; mais les surprises ne s’arrêtent pas là puisque l’on retrouve aussi de grands spécialistes aux manettes du sons, avec en première ligne Kevin « She’Kspeare » Briggs (Destiny’s Child, Mariah Carey, TLC), Daryl Simmons ou Daron Jones de 112. Concernant les textes, ceux-ci révèlent une femme de caractère pratiquant le franc-parler comme religion et qui sait être virulente à l’encontre de la gent masculine. Inspirée par Mary J. Blige, Donny Hathaway ou The Supremes, Pink sort du sentier battu des autres divas R’n’B et amène un vent de fraîcheur en utilisant parfois des vocalises un peu plus pop que ses sœurs aînées. Si ce disque ne donne qu’une première impression, il nous tarde maintenant de pouvoir découvrir la suite…