Bobba

Après la sortie du premier single  » LVMH  » produit par X-plosive (Bushido, Rohff, Fler), le rappeur français Booba est prêt ce mois-ci avec son septième album studio :  » DUC  » – une allusion à son surnom  » Duc de Boulogne » – rassemble au total 19 nouveaux titres du joueur de 38 ans, qui cette fois a amené à ses côtés des invités américains comme Jeremih et Future ainsi que la star du reggaeton Farruko et le jamaïcain Mavado.

« DUC » est le successeur de l’album « Futur » (ou « Futur 2.0» en réédition), avec lequel Booba a mélangé le top 10 français deux fois de suite en 2012 et 2013 et a de nouveau décroché le platine devrait. La pré-sortie « OKLM » sortie en 2014 est passée directement au numéro 1 des charts français (# 7 en Belgique) – une preuve claire du statut que Booba jouit toujours dans le hip-hop francophone après environ deux décennies.

Parmi les autres moments forts du prochain album « DUC », citons les morceaux « Bellucci » feat. Future, « All Set » feat. Jeremih et « Ratpis », sur lesquels il partage le micro avec le chanteur jamaïcain Mavado. Il reprend également le titre de ses débuts en solo lorsqu’il livre une mise à jour massive avec « Temps mort 2.0 », enregistré ici avec Lino. Outre le poids lourd reggaeton Farruko, 40 000 gangs et Bridjahting & Gato sont parmi les invités de son septième album.

 

Pour la vidéo de son single actuel « LVMH », il a travaillé avec Chris Macari, qui a déjà réalisé plusieurs clips Booba et a également travaillé avec Fler, entre autres. Né à la périphérie de Paris en décembre 1976, Booba a grandi avec le son intransigeant d’équipes de rap américaines telles que Mobb Deep et le Wu-Tang Clan, afin de traduire leur dur flow dans sa langue du milieu des années 1990. Depuis, Elie Yaffa, bourgeois de Booba, est l’un des protagonistes les plus importants de la scène rap française – et est célébré dans ce pays depuis des années par des gens comme les mandats d’arrêt & co.

 

Après avoir fait sensation au sein du duo Lunatic avant le tournant du millénaire (par exemple avec le titre « Le Crime paie »), Booba débute sa carrière en tant qu’artiste solo en 2003 : bien au-delà des frontières de son pays d’origine en tant qu’icône du rap et de la rue célébré, Booba a vendu plus de 10 millions de disques au cours de la dernière décennie et est considéré comme l’artiste français avec les téléchargements les plus vendus légalement. Même si ses textes, qui sont basés sur des thèmes classiques du hardcore et du gangsta, ont parfois provoqué des discussions animées, son flux unique lui a donné une base de fans mondiale massive.

 

Immédiatement après la sortie de son premier solo « Temps mort », sur lequel est basé une piste du nouveau longplayer, il a été salué par les médias français comme un « grand poète » – mais en même temps persécuté par la police pour des fusillades présumées. Au cours des 12 dernières années, il a récolté beaucoup d’or pour les albums solo « Temps mort », « Pantheon », « Ouest Side », « 0.9 », « Lunatic » et plus récemment « Futur » (réédité en 2013 sous le nom de « Futur 2.0 ») – et des récompenses de platine et n’a jamais manqué le top 10 français.

 

Les « Ouest Side » et « Lunatic » de 2010, sur lesquels il avait déjà travaillé avec X-plosive, se sont vendus à plus de 300 000 exemplaires et ont même d’emblée atteint le sommet des charts français. De plus, Booba, qui a également travaillé avec 2 Chainz et Rick Ross sur son précédent album et vit à Miami depuis 2008, exploite le label Tallace Records et la société de streetwear Ünkut. Sur « DUC », le Français montre pourquoi il est connu sous le nom de « Duc de Boulogne » depuis des années …