Aya Nakamura : des chansons engagées !

Ses chansons ont été saluées comme des hymnes contre les violences sexuelles, mais la star française insiste sur le fait qu’elle a plus d’objectifs personnels en vue

Avec sa douce mélodie sur un rythme fait pour la danse en couple, le morceau Djadja d’ Aya Nakamura sonne, aux oreilles anglophones, comme une chanson d’amour. Avec la vidéo approchant rapidement les 300 millions de vues sur YouTube, cette chanson afropop entraînante a fait de Nakamura la reine de la scène musicale urbaine française l’année dernière. Mais alors que la voix de la jeune femme de 23 ans bascule de manière ludique entre le chant et le rap doux, le morceau doux-amer trouve Nakamura en train d’appeler un gars qui a menti sur le fait d’avoir des relations sexuelles avec elle. «Tu penses à moi pendant que je pense à gagner de l’argent», chante-t-elle (en français), flétrie. « Je ne suis pas ta mère / je ne vais pas te faire la leçon . »

La chanson a été saluée comme un hymne à l’autonomisation des femmes et a pris une vie propre: l’image de Nakamura a été utilisée sur des affiches lors des récentes manifestations françaises contre la violence à l’égard des femmes. Pourtant, le chanteur est équivoque sur la réaction. «C’est cool de pouvoir représenter les femmes noires en France », dit-elle, «mais j’ai ma propre façon d’être, ma propre façon de faire les choses. Il y a un problème quand les gens disent: «Vous êtes la seule femme noire à représenter» – il y en a d’autres aussi. »

Récemment, il y a eu un buzz autour des artistes français qui ont pénétré les marchés étrangers, y compris PNL , Blaze et Christine and the Queens , mais Aya représente quelque chose de différent. Déterminée et suburbaine, elle parle de gagner de l’argent et de dominer des hommes comme Rihanna ou Cardi Baurait. Et contrairement à d’autres Françaises qui ont failli percer les marchés internationaux, elle n’est ni blanche, ni arabe, ni métisse. C’est une femme noire dans une industrie connue pour discriminer en faveur des artistes à la peau plus claire. «Le colorisme existe d’une manière ou d’une autre partout», dit-elle. «C’est vraiment difficile quand il y a des gens qui essaient de vous pousser à blanchir votre peau, parce que c’est ce qu’ils veulent. Vous vous demandez: où sommes-nous? Pourquoi devrais-je faire ça? Voilà comment je suis.

Elle ajoute qu’une image idéalisée de la femme noire toute-puissante n’est pas utile. Elle a récemment refusé un selfie avec un fan au Sénégal parce qu’elle était fatiguée d’un vol. Les médias et les fans l’ont qualifiée de snob. «Les gens ont cette image de la femme noire qui peut faire face à tout, mais nous sommes comme tout le monde.»

En fait, l’attrait de Nakamura réside en partie dans sa demande de ce genre de respect – dans sa chanson Copines , elle fait honte à un gars qui a vérifié ses amis – et dans sa musique, elle ne prétend pas être accessible. Elle ne semble pas étonnée de l’attention que suscite Djadja. «Mon concept n’est pas de rendre tout le monde heureux», dit-elle. «Quand je suis en studio, il s’agit de ce que j’aime … Je ne crains pas que tout le monde comprenne ce que je dis.

Si elle fait appel aux frustrations que certains auditeurs peuvent partager à propos des hommes, Nakamura a aussi un côté plus doux. Le mois dernier, elle a sorti une chanson intitulée La Dot, sur le fait de tomber amoureuse d’un mec, de recevoir une dot et de vouloir «la vie de rêve». Cela peut sembler en contradiction avec la vision de l’autonomisation des femmes de certaines personnes, mais en tant que jeune femme franco-malienne, Nakamura a sa propre vision de la romance de conte de fées qui parle à une génération de jeunes femmes originaires d’Afrique du Nord et de l’Ouest en France. Il faut un fort sentiment d’autonomie et de respect de soi et les mêle aux valeurs traditionnelles transmises par les générations plus âgées.

Née Aya Danioko au Mali – Nakamura a été adoptée comme nom de scène, inspirée d’un personnage du drame de super-héros Heroes – elle est venue vivre à Aulnay-sous-Bois en banlieue parisienne avec sa famille lorsqu’elle était bébé. Sa mère était une griotte , un poète ou chanteur traditionnel malien. «Si vous venez d’une lignée de griots, vous êtes automatiquement catégorisé par cela», dit-elle. «Ils racontent les histoires des gens dans les villages et ont essentiellement joué le rôle des médias pour les générations précédentes.»

Cela a joué un grand rôle dans la vie de Nakamura en grandissant en France. «Le dimanche, la famille se réunissait pour prendre un grand déjeuner, ou s’il y avait un mariage, ma mère y chantait. C’étaient aussi de «vrais» mariages [traditionnels] – c’est-à-dire que la famille du marié aurait dû payer la dot à la famille de la mariée pour l’épouser.

Dans sa maison, les oncles et les tantes ont joué un rôle important dans l’enseignement de la culture malienne aux plus jeunes. Ces femmes ont-elles influencé l’attitude pragmatique de sa musique? «Non, c’était moi», dit-elle. «J’ai toujours eu un caractère assez fort, depuis que je suis petite.» Elle est interrompue par sa fille de deux ans. «C’est comme avoir deux emplois», dit-elle à propos de sa vie de parent et d’étoile montante. «Je travaille avec ma famille; c’est très compliqué mais ça va.

Nakamura repousse la suggestion qu’elle continue la tradition du griot, précisant que ce qu’elle fait est un peu différent. Sa chanson sur la chanteuse malienne Oumou Sangaré, lauréate d’un Grammy Award, rend hommage à une femme qu’elle a grandi en admirant, et Sangaré apparaît dans la vidéo du morceau. «C’est une chanteuse, une femme d’affaires et elle représente vraiment les femmes maliennes», dit-elle avec passion. « Je suis vraiment passé en mode fan quand je l’ai rencontrée – elle était si belle et elle a vraiment compris ce que je faisais. »

Son succès au cours de l’année écoulée l’a peut-être poussée sous les projecteurs et l’a exposée à la pression pour répondre aux attentes des autres, mais Nakamura est catégorique sur le fait que sa motivation est plus proche de chez elle: «Je veux vraiment montrer mon histoire à ma fille et lui faire savoir qui nous sommes. »