ANOUK

ANOUK

Si le passage au nouveau millénaire n’a pas réussi à dénaturer son style, on peut toutefois relever quelques changements dans l’univers d’Anouk. Pour ce qui est de l’organigramme, la néerlandaise s’est entourée d’une nouvelle équipe de musiciens ; seuls Satindra Kalpoe (co-auteur de « Nobody’s Wife ») qui a pris le contrôle de la batterie, et Michel Van Shie (bassiste) étaient déjà présents lors de l’enregistrement de « Together Alone ». Musicalement, cela se ressent par des compositions plus propres, plus travaillées encore, que ce qu’elles étaient sur le premier opus. A l’image de « RU Kiddin’Me », premier single extrait de l’album, on retrouve donc, le plus souvent, l’empreinte et l’esprit initial d’un rock énergique à textes qui a fait le succès de la chanteuse. Néanmoins, Anouk peaufine ses influences, avec l’insertion de quelques notes de violons (« Urban Solitude » et « Tom Waits ») ou en se permettant quelques petites incartades réussies vers le Funk ou le Rap comme sur « The Dark ». Une écriture personnelle et introspective, une voix à la fois rugissante, blessante et séduisante, Anouk a conservé tous ses meilleurs atouts. Ce qui ne manquera pas de satisfaire tous ceux qui la suivent depuis le succès de son premier album.